AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Not how it was supposed to end

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: Not how it was supposed to end Mar 20 Fév - 1:18

Elle est blessée, raconte la panthère.
Oui bien sûr qu'elle l'est, répond le musicien.
Tu sais très bien de quoi je parle, s'enquit l'animal.


... Des bouts de verre. Il ne les voit pas, mais il peut les sentir. Comment ? Il l'ignore. Elle grimace l'air fébrile, tente de maquiller la manifestation de la douleur en tournant son dos pour qu'il ne puisse rien déceler. Elle veut partir, mais n'en a pas suffisamment la force, l'état et peut-être, la mentalité. Forcer les muscles à vouloir enfiler ce morceau de tissu n'amènera à rien de bon, féline. Alors il intervient, poussé par on ne sait quelle motivation. "Ne bouge pas," osa-t-il, le corps approchant de celui de Raven. Ses doigts se posèrent sur le par-dessus, alors que son œil examine. "... Tu n'as pas pu tout enlever." Et il comprend. Il comprend autre chose. La réaction de la panthère n'avait pas été anodine. Sans pouvoir déterminer la nature de son ressenti, entrer en contact direct avec la blonde lui faisait traduire les mots qu'elle n'utilisait pas. Fierté ? Fatigue ? Peur ? Honte ? Méfiance ? Non, rien de tout cela. C'était encore autre chose. Il se recula lorsque la métamorphe cessa ses gestes.

"S'il faut j'irai moi-même chercher tes affaires. Pour le moment, garde celles que je t'ai données." Qu'est-ce qu'il vient de dire ? Il ne sait pas. C'est venu comme ça, les lèvres bougeant seules sans autorisation ni concertation. "C'est encore trop tôt pour sortir. Pas tant qu'on n'aura pas tout retiré." On aurait pu lire l'urgence sur son visage, mais il s'évertuait à garder le calme apparent, l'eau calme sans ondes à sa surface. Sous les couches de coton il aurait pu sentir les fleuves vermillon affleurer le textile et arracher les maux à Raven. Sans demander son reste, il emboita le pas vivement, retourna en salle de bain pour rafler la trousse de soin et de quoi... extraire. Bien sûr, ça ne va pas plaire à la femme. Elle aurait pu lui demander de l'aider, pourquoi ne l'a-t-elle pas fait ? Ou bien, était-ce sa faute de ne pas avoir proposé ? Un seul contact avait renversé la donne, et par on ne savait quel étrange phénomène, la panthère parlait à travers la voix musicienne. Laisse-moi te soigner, qu'elle s'entêtait.

La boite déposée sur la table basse, il fit signe pour qu'elle le rejoigne en position assise. Elle restait silence, Raven. Ne prononçait pas le moindre mot, pas le moindre son, et même si elle le voulait, ils restent à l'état d'expression faciale perplexe et perturbée. Elle non plus, elle ne devait pas bien appréhender ce qui se passait. Quelques secondes plus tôt, elle était prête à lever le camp pour retourner au dehors, pour retourner chez elle où peu importe tant qu'elle serait sauve. Mais là où le sang coule. Alors Solel n'est pas expert : il peut désinfecter, ôter et fixer les bandages. Mais il ne sait pas refermer la plaie, la chérir et la rassurer. Le don de guérison ne permet pas tout. Le bistouri en main, il tente d'observer l'étendue des dégâts restants. Mais tout ne lui est pas visible. "Je suis désolé, j'ai besoin que tu retires le haut." Et il faut qu'il l'y aide, sinon elle souffrira plus que de raison. Lever les bras quand on a des éclats de verre accrochés à la peau n'est pas franchement un plaisir, il sait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: Not how it was supposed to end Mar 20 Fév - 21:04



Not how it was supposed to end

 Elle a les bras dans le pull pour l'enfiler lorsque la voix du félin l'arrête, lui disant de ne pas bouger, et aussi étonnant que cela soit, elle obéit, surprise de sa requête. Elle sent sa présence dans son dos, la chaleur de celui ci se rapprochant et bientôt ses doigts sur sa peau. Elle ne bougea pas, elle se tendit cependant sous la touche douce de l'homme. Elle n'avait pas pu tout enlevé? Non en effet, elle le savait bien, captain obvious le retour, ou alors il se parlait à lui même, hum elle aimait ce petit surnom pour le félin sombre.
C'est alors qui lui propose d'aller chercher ses affaire lui même si besoin lorsque ce serait nécessaire, elle qui pensait jusque là qu'il s'en fichait pas mal et qu'il ne voulait pas s'ennuyer plus que c'était déjà le cas; à raison ceci dit. Elle tourna la tête légèrement en direction de Solel fronçant légèrement les sourcil en tentant de voir le visage de l'homme, essayant de lire son expression.

Elle sent toujours son contact, mais au lieu d'être agacée ou inquiété par celui ci, cela semble au contraire apaiser sa partie animal, celle ci la détendant à son tour, comme lui assurant qu'elle ne risquait aucun danger en présence de la panthère. Elle n'avait croisé que peu de félin dans des circonstances classique diront nous, s'en était peut être la raison, depuis son arrivée à Inverness, le seul autre qu'elle ai rencontré était cet alcoolique de lion insupportable à qui elle lacérerait bien les cordes vocales entre autres choses.
Elle ne savait pas vraiment mais elle décida de faire confiance à sa partie animale, et puis si il souhaitait aider à retirer ces saletés de son dos, elle ne cracherait pas sur un coup de main pour une fois, seule cela serait un cauchemars à retirer sans faire plus de dégâts. Tu n'es pas obligé... lui répondit elle. Mais il semblait déjà avoir pris sa décision repartant dans la salle de bain pour chercher la trousse de secours qu'elle y avait laisser.

Elle l'observa reposant le pull sur le dossier du canapé pour l'instant, encore un peu incertaine malgré son accord de suivre l'instinct animal. Seules deux personnes s'étaient occupé d'elle au cours des deux ou trois dernières année, mark et le shaman de la tribu l'ayant recueilli à son retour. Solel revint alors avec la boîte de soin, déposant celle ci.
La féline le rejoints  sans un mots suivant ses instruction silencieuse sans le quitter du regard, elle pouvait sentir la présence animale de l'homme bien plus que durant leurs précédents échanges. A vrai dire cela l'apaiser assez, cet homme la laissait perplexe, l'intriguant tant par sa présence que par son attitude.

Disparut était son besoin de fuir, elle ne comprenait pas et par là même, n'aimait pas ça. Elle sent à nouveau le regard du félin sur elle comme si se demandant si il allait l'approcher ou comment opérer. Si il voulait retirer la totalité des morceaux gênant elle devrait retirer son tee shirt, mais peut être ne pensait il retirer que le morceaux un peu plus imposant visible. Non, il a sans doute eu la même pensée lui disant qu'il a besoin qu'elle retire le tee shirt la couvrant afin qu'il ai accès à la zone.okay souffla t elle simplement. Ramenant son bras vers elle pour faire passer la manche, grognant lorsque le tissus appui sur le verre dans son dos.Ses mains à nouveau l'aidant à faire passer le tee shirt, lui permettant de le retirer celui ci. Elle le posa à côté d'elle ramassant d'une main sa longue tignasse pour découvrir son dos meurtris.
Elle pris une respiration, se préparant mentalement à la suite, sachant qu'il y aurait forcement un autre contact. Elle regarda devant elle silencieuse,perdue dans ses pensées perturbée par le calme serein du félin.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: Not how it was supposed to end Jeu 22 Fév - 19:18

Rapidement (enfin, rapidement, tout est relatif pour une éclopée) elle s'exécute, stoppe ses mouvements autodestructeurs et s'approche du canapé pour s'y laisser poser. Sous la demande du médecin improvisé, elle ôte son pardessus pour qu'il puisse accéder aux contusions les plus terribles, les plus profondes, celles avec des triangles de verre plantés comme des lames de rasoir. Elle a dû en souffrir beaucoup, la féline. Sans doute plus que lui. En comparaison, Solel n'avait que des échardes de plafond, des léchouilles de feu sur les bras mais le plus difficile à encaisser avait été les coupures du puma. Rien qui ne soit resté logé dans sa chair pour venir picoter l'épiderme, même après l'évacuation de la catastrophe.

"Ça va piquer un peu." C'est la phrase euphémisme qu'on dit à tous les enfants mais Solel ne prend pas Raven pour une enfant ; au contraire il commence à comprendre de quoi elle peut être capable. On ne se promène pas aisément dans la maison avec quatre brisures de miroir dans la peau. Surtout quand les débris sont aussi gros. Avec les moyens du bord, le pianiste s'attèle à un exercice tout autre que celui dont il a toujours été habitué (à savoir toucher des noires et blanches sur le clavier) : enlever le mal dans la peau d'un autre que lui. À bien y réfléchir, si l'homme à la panthère s'adonne parfois à des premiers soins, c'est surtout pour lui et personne d'autre. Oui bien sûr, quand c'est coincé dans le dos il lui faut bien s'en remettre à d'autres mains expertes. En l'occurrence, il représente actuellement cette aide professionnelle qu'il exigerait s'il avait été dans le cas de la blonde. Malheur. J'espère que je ne vais pas te déplacer quelque chose par erreur. "Ne bouge pas." Ne respire pas non plus. Il va te retirer ça, petit à petit, lentement, soigneusement. Une pince à épiler, on a vu mieux comme outil de réparation. Bistouris de fortune, il déloge un premier morceau puis un autre, plus coriace et enfoncé. Les vestiges tranchants tombent sur la table basse, imbibent la feuille d'essuie-tout d'un rouge cramoisi. La pince quant à elle doit aller plus profondément pour récupérer le petit filou brillant bloqué entre deux nerfs. Pardon, je sais que ça fait très mal, mais c'est presque fini. Passons à l'épaule, le plus délicat. "Plus qu'un." Psychologiquement un décompte aide à atténuer la souffrance et à la supporter. Si Raven y est perceptive (sinon ça sert à rien). Il la sent se tordre de douleur, lutter pour ne pas rendre la tâche de son chirurgien plus compliquée qu'elle ne l'est. Bel effort qu'il salue, et sa minutie de pianiste parvient enfin à attraper le dernier polygone de verre après avoir tiré comme le chien mord le nœud de la corde. Elle a été brave, la fille. "Voilà." Conclut-il en bon guérisseur modeste. Après son tour d'horizon il s'applique à poser des compresses à ça et là, tout en observant d'un œil curieux les cicatrices à l'air plus âgé. Comment les a-t-elle obtenues, celles-là ? Elles ne proviennent pas de l'incendie.

Maintenant il laisse Raven reprendre sa zone d'air, recule un peu plus sur l'extrémité du canapé. Une graine de doute sème soudain la discorde dans son esprit. Ce qui a été étrange ne se trouve pas tant dans le résultat de son opération, mais plutôt dans ce qui s'est passé pendant. Au moment où il faisait gigoter la pince dans le rouge pour extraire du transparent coupant, il s'est senti assailli plusieurs fois d'une sensation pour le moins atypique. Pas de celle qui prise le dégout parce que vous vous affairez à une mission délicate... mais plutôt celle du registre "Je connais ce corps". Et pour ne l'avoir touché qu'une seule fois (on se rappelle du transport de l'inconsciente jusque chez lui), ce genre de phrase n'est pas des plus courantes. Sans vraiment s'apercevoir que son geste pourrait paraitre déplacé, Solel fixait Raven tout sourcil froncé, la bouche entrouverte comme s'il voulait exprimer sa pensée. Machinalement il repose son bistouri sur la table en un tintement discret et respectueux, laisse ses poings retourner sur ses genoux. Il a presque l'air sage comme ça, Solel. Sage comme une image. Comme sa panthère qui targue le puma de ses deux yeux jaunes, l'air alerte. Elle aussi, elle a ressenti cette vague de familiarité. Un filet de silence dépose sa chape de plomb sur la scène anodine (en apparence seulement). Il n'y a plus que le très faible volume de la radio pour combler la gêne qui semble se trémousser entre les jambes présentes. Et puisqu'on ne peut rien faire avancer sans agir, les lèvres du musicien remuent.

"Excuse-moi, rappelle-moi ton nom ? Ton nom de famille." Elle ne lui a pas dit, il sait. Simple formule de politesse qu'il ne peut se supprimer, même dans une scène de secours comme celle-là. Après la tempête. "J'ai l'impression qu'on... Non, oublie." Trop tard, tu as commencé : tu finis. "Maintenant, ça devrait aller mieux. Elles vont se refermer assez rapidement." Il change de sujet vilement, mais dans une optique logique et toujours en accord avec ce qu'il a fait. C'est comme ça Solel. Cartésien quoiqu'il arrive. Pas de place pour les sentiments, trop futiles à son gout. Même si... Même si, des questions combattent hargneusement à la lisière de ses lèvres, butent comme l'écume des eaux troubles sur la crête rocheuse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: Not how it was supposed to end Lun 26 Fév - 2:40



Not how it was supposed to end

Ça va piquer... Elle aurait pu en rire en d'autres circonstances. Sans blague... marmonne t'elle en levant les yeux au ciel. Elle peut sentir son regard sur elle étudiant sans doute comment procéder. Est ce que c'est si moche que ça? Ça fait certes un mal de chien pour être honnête, elle avait appris à encaisser et à ignorer plus ou moins la douleur mais cela ne la supprimait jamais. Il lui demande à  nouveau de pas bouger, elle prend une nouvelle respiration pour se détendre avant qu'il ne commence son travail.

La féline pose les mains sur ses genoux pour se maintenir dans une position stable et bouger le moins possible. Aohhh, okay ce n'est pas agréable, pas du tout, elle soupire doucement s’efforçant de ne pas bouger: un de moins... Elle ferme les yeux... Elle se force à rentrer les griffes qu'elle sent tenter de sortir, l'odeur de son propre sang coulant légèrement à chaque morceaux retiré. Elle laisse faire le félin dans son dos en restant le plus immobile et silencieuse possible. Un troisième, elle se mord la lèvre.
Elle tenta de tourner la tête pour l'observer du coin de l’œil, il avait l'air concentré sur ce qu'il faisait. Il y avait quelque chose de vraiment intriguant chez le grand ténébreux mais elle n'avait pas la moindre idée quoi, elle se sentait attiré par sa présence et pourtant il n'était pas vraiment son genre habituel, non c'était le puma pour être exact qui était attiré par la panthère. Pourquoi? Elle n'avait jamais été du genre à être en groupe, alors est ce que la solitude pouvait vraiment être une raison?

Elle y réfléchirait ensuite, la douleur la sortant de ses pensées, plus qu'un, lui assure Solel, elle souffle avant hocher la tête en signe d'accord. okay. Elle serre poings, à priori il a gardé le meilleur pour la fin. ses griffes s'enfonçant légèrement dans ses paumes de main alors qu'elle se tend sous la douleur s'efforçant de ne pas bouger pour ne pas compliquer la tâche de son infirmier de fortune Elle ne sut réprimer un grognement lorsqu’il retira le morceau récalcitrant. Voilà...  Fini? vraiment? Enfin...

Elle lâche un soupire de soulagement et se détend sous les mains du félin couvrant son dos de compresses, tournant la tête vers lui. Merci. Elle voit son regard porté sur les autres cicatrices couvrant son dos mais choisit de l'ignorer. Elle lui adresse une esquisse de sourire reconnaissant alors qu'il se recule. L'animal gémit presque à la distance qui se reforme entre eux. Elle se retourne  dans le bon sens sur le canapé son tee shirt dans les mains. Relevant les yeux vers lui, il la fixe lui aussi. Okay si la situation n'était pas déjà assez étrange comme ça... Est ce qu'il avait cette même sensation étrange? Était ce possible qu'il se soit déjà rencontré et qu'elle ne s'en souvienne plus du tout? c'était peu probable. Son regard soutiens le sien un moment la tête légèrement pencher voyant la lueur du regard animal au travers de l'homme. *Qu'est ce que tu fou?*  Elle secoua légèrement la tête détournant le regard.

Son nom? Je ne te l'ai pas donné répondit elle un peu séchement plus par habitude qu'autre chose. Hum... Creed. C'est à son tour de le fixer, il à l'impression que quoi? Qu'il se sont déjà vu? Il a cette même impression, hormis au bar plus tôt bien sur quelque chose de plus ancien. Non! tu as rais.. Mais il change de sujet, peut être est ce mieux, vraiment qu'est ce qu'elle allait dire oui j'ai l'impression de déjà te connaitre? bonjour le cliché.

Elle remit bien en place le tee shirt Ouai, je cicatrise assez vite... Elle ne put s'empêcher de fixer l'homme panthère avant que son regard ne se perde dans le vague, elle a envie de poser des questions, mais cela lui semble si ridicule à elle même, et elle n'avait pas vraiment envie de passé pour une désaxée auprès du métamorphe. Enfin si ce n'était pas déjà le cas après sa façon de réagir au bar plus tôt. Et vous? Votre nom je veux dire. Ce sera plus pratique d'avoir votre nom si jamais je ne me souvenais pas de la route pour vous rendre vos affaires. Elle fronça légèrement les sourcils en repensant à un détail, selon la réponse peut être pourrait elle glisser un mot pour lui à certains endroits où elle bossait. Tu venais pour un boulot de quoi au fait? Avant que l'offre ne parte en fumée avec le batiment.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: Not how it was supposed to end Mer 28 Fév - 23:59

Creed. Creed. Creed... Le nom tourne en boucle dans sa tête mais n'atteint aucune conclusion. Aucune autre que celle du vide. Pas de réponse. Le front félin se pli sous la perplexité, et d'ailleurs il ne prend même pas la peine d'émettre de réponse face à la révélation de Raven. Le cheveux blond, les yeux bleus. Un puma. Non, définitivement tout cet assemblage ne lui rappelait personne. Il n'avait jamais rencontré de Raven Creed auparavant. Le plus étrange et infernal restait sa panthère qui grattait les parois de sa conscience comme pour insuffler l'idée que lui et la blonde étaient liés.

Solel est un homme qui écoute plus la raison que les sentiments. Le cœur sec, son jugement prévaut sur tout. Normalement... Dès qu'il peut mettre le doigt sur quelque chose, apporter une explication claire et précise sur le détail, il le fait. Avec froideur, parfois. Mais souvent avec justesse. Sauf que, dans un cas où il ne peut pas, comme maintenant, il lui est difficile de rendre jugement. Difficile de décortiquer l'étrange sensation qui le nargue et resserre son estomac. Pourtant ce qui émane de la solitaire n'est pas mauvais, menaçant ou même inconnu. Au contraire. Il dirait que c'était plutôt... familier. Agréable. Pas au point de l'amitié - c'est encore autre chose. Mais, sans qu'il ne parvienne à vraiment déceler la nature de cette impression, il sentait que sa panthère n'aurait eu aucun mal à se coucher tout contre le puma pour partager son sommeil. Comme deux vieux frères.
Deux vieux... frères.

"Phoenix. C'est Phoenix. Ne t'inquiète pas : garde-les. Ils pourront t'être utiles." Après tout si elle tient tant que ça à lui rendre, il ne crachera pas dans la soupe et récupéra ses biens. Il veut se montrer bon, voilà tout. Si elle refuse, c'est son problème. Oh oui Phoenix, que tu es pragmatique. "Je venais pour me faire embaucher en tant que pianiste. S'il n'avait pas brûlé, j'aurais joué dans ce café quelques jours plus tard. On n'a pas de chance à tous les coups." Il hausse des épaules mais il doit bien avouer que sa situation actuelle l'ennuie. Un rendez-vous de barré dans son agenda, un. Et bien d'autres qui auraient suivis, peut-être. Peu importe. Ce ne sont pas les bars-cafés qui manquent à Inverness. Ses compositions combleront une moitié. User de sa voix, ça fait partie de ses atouts qu'il garde précieusement, le faiseur de son. "D'une certaine manière, je me dis qu'on se serait rencontrés quoiqu'il arrive. Avec ou sans incendie." Et ça peut paraitre lambda comme déclaration, mais on ne peut plus vrai. Le début de sourire tire la commissure de ses lèvres. Ainsi il se redresse en poussant sur ses genoux, récupère l'absorbant contenant les débris de verre puis son bistouris improvisé. À vrai dire, il se serait cru plus maladroit au maniement du scalpel. Mais Raven a l'air de s'en sortir. Mieux qu'il ne l'aurait imaginé.

Son corps l'emmène à l'évier de la salle de bain où il purge le matériel de son sang. Il s'occupera plus tard d'envoyer le verre dans les poubelles prévues à recevoir du tranchant. Au passage le pianiste pense à faire un détour par la chambre d'où il a pêché les habits de sport donnés à Raven. C'est là qu'il rafle une paire de baskets. Lorsqu'il revient auprès du puma, il ne croit pas se tromper en se disant qu'elle a repris des couleurs.

"Je voudrais réitérer ma proposition de te raccompagner chez toi, mais quelque chose me dit que tu préfères rentrer par tes propres moyens." Pas de fatalisme dans sa voix : c'est d'une expression accordée qu'il croise les yeux bleus. Toujours en lui, dès qu'un échange de regard à lieu, la panthère gronde, raffole de quelque chose, une présence peut-être. Mais sans qu'il ne saisisse exactement quoi. "Il fait froid mais ça devrait aller. Ah, et avant que j'oublie." Qu'il dit, montrant simplement les chausses récupérées tantôt. Il les lâche au pied du canapé où sa congénère est restée, puis il croise des bras sur son buste. Ce n'est pas tant un geste de fermeture, mais plutôt la position de celui qui observe les faits, rassemble dans sa tête les évènements en un seul tableau. On pourrait presque sentir le doute dans ses iris de charbon. De l'inquiétude ? Oui, ça y ressemble. "Fais attention, sur le chemin." De manière presque imperceptible, son poing se serra.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: Not how it was supposed to end

Revenir en haut Aller en bas
 
Not how it was supposed to end
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Dépotoir a images
» Jamie { you're not supposed to look back, you're supposed to keep going
» I was supposed to have a nice body for summer... but I love food.
» [M] ▲ SEAN O'PRY - we were supposed to met
» [Fini] Wonho ═ Yesterday's just a memory, tomorrow is never what it's supposed to be.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INVERNESS RPG :: Archive rps-
Sauter vers: