AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité


Message(#) Sujet: ¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil Dim 14 Jan - 0:43


( all the other kids with the pumped up kicks )
- you'd better run, better run, outrun my gun -
mon coeur tambourine à vive allure. j'ai peur. terriblement peur. comme à chaque fois que je dois accomplir une mission pour l'humanité. que je dois attaquer un prédateur afin de les protéger. et de me protéger moi aussi, même si je suis le premier à prendre le risque de me faire bouffer. mais il faut dire que je leur en dois bien une chandelle. j'aurais pu me faire abattre aussi. j'aurais pu finir ma vie dans leur filet alors que mon âme-sœur a bien failli décocher le harpon, visé dans ma direction. pourtant, ils ont vu la bonté en moi. ils ont vu que je pouvais être de leur côté. que moi aussi, je n'étais qu'une simple proie. que je ne leur ferais rien. ils ne sont pas bête, les êtres humains. ils savent déceler la bonté de la méchanceté. ils savent quand un métamorphe est un requin ou un poisson ; une gazelle ou un lion. moi, mon âme vacille à chaque fois que je peux ressentir un métamorphe tout prêt de moi. rarement je me concentre pour essayer de déceler si la créature, devant moi, bouffe de l'herbe ou de la viande. surtout quand on sait qu'inverness est habitée par deux meutes, principalement composées par des loups. et que sont les loups ? des chasseurs. je ne sais s'ils raffolent de l'hippocampe, mais une chose est sûr ; ils mangent de l'humain ! on m'a beaucoup conté les légendes qui composent notre société. de ces hommes-loups qui terrorisaient jadis les villages. du petit chaperon rouge qui s'est fait sauvagement dévorée. pauvre petite. j'ai de la peine pour les mortels. eux qui n'ont que les armes pour se défendre. moi, je peux toujours fuir en bondissant dans l'océan pour ne plus jamais revenir. eux, ils n'ont nulle part où se cacher. c'est triste. tellement triste. mais je me dois de me ressaisir. alors que je parcours les bois, je sens soudainement la présence d'un métamorphe. je n'hésite pas à la suivre. espère également à ce que mon don fasse effet. qu'il me soit utile, pour une fois. un instant, je me mets même à courir, croyant qu'il désire m'échapper et je m'arrête lorsque je fais face au-dit individu. je sais tout de suite que j'ai affaire à un être surnaturel. un monstre. « - ça sera rapide et indolore. » osais-je dire tout en ravalant ma salive. je n'aimais jamais faire ça. quelque chose au fond de moi ne cessais de me crier que je n'étais pas obligé de le faire. qu'il fallait trouver une autre solution pour régler ce problème. que les métamorphes ne pouvaient pas être tous comme ça. mais les miens m'ont éduqué ainsi. ils m'ont répété que je ne devais pas me laisser mener par les sentiments, ma sensibilité ; si présente malgré ma formation pour que je devienne ce que je suis aujourd'hui. alors, je dégaine une lame avant de reprendre ma course et bondir, espérant l'atteindre, le faire tomber, le bloquer pour qu'il ne puisse plus m'échapper. il faut que je l'abatte. je n'ai pas le choix. je dois le faire. pour eux. et surtout pour lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: ¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil Mar 16 Jan - 17:14

J'ai été inconscient et sous une pulsion (du genre de celles que vous ne pouvez pas empêcher parce que vous étiez sous la douche et que votre animal a cru bon d'émerger à ce moment-là), Basile a explosé (littéralement !) de moi après m'avoir laissé quelques minutes pour m'abandonner dans un carré humide de forêt.

Il a plu toute la matinée et je peux encore sentir les parfums moites, très secs et boisés de l'air ambiant. Je ne suis pas sûr d'aimer ça... Mais le daim est heureux. Je le vois, je le sens ! Son museau trace une route imaginaire sur le sentier, cherche des végétaux à se mettre sous la dent. C'est vrai, ça fait un moment que je ne l'ai pas laissé sortir. Depuis ma rencontre avec Dagger, je me pose des questions et j'en oublie presque qu'il me faut acheter à manger pour deux. Dans ma tête c'est confus, ça s'emboite pas et ça tremble en permanence. Comme si vous vous efforciez de construire un château sur le tapis-puzzle, mais qu'aucune pièce ne s'imbrique correctement parce que vous avez la fâcheuse tendance à vouloir commencer par le toit.

J'en suis à là. L'impression d'avoir la toiture, le vernissage et la couleur, mais de n'avoir aucune fondation tangible sur laquelle placer le revêtement. Un abri au chapeau solide, mais qui ne protège rien sinon une zone de vide. Quelques fois, j'aimerais n'être qu'animal, sans possibilité de penser, de me questionner, de douter comme un humain (c'est à dire, avec souffrance). J'envie Basile. Il s'amuse bien entre les frondaisons, je le sais.

Mais on n'est pas seuls dans ce dédale sylvestre. Ça, il m'a fallu le bruissement des dernières fougères oubliées par le vent de l'hiver afin de m'en rendre compte : là, derrière les arbres nus, on entend une présence. Elle s'avance vers nous, anonyme et sans décliner d'identité, le couteau à la main. Et... Quoi, quoi, quoi ? Le couteau à la main ?! Oh mon dieu, Basile mon ami, fuis ! Relève la tête, arrête de mâcher ! Oui c'est ça, sauve-toi ! Il te saute dessus mais ne te laisse pas faire... Je t'en prie évite-nous cette lame... Pourquoi nous attaque-t-il ? On ne veut faire de mal à personne... Je ne comprends pas. Je ne peux pas lui parler (et Basile ne va pas se transformer maintenant ; je serais une proie pire que lui), dire à cet inconnu d'arrêter et qu'on n'a aucune intention de résister s'il baisse les armes. Que faire, que faire ??
Basile a évité un tranchant fatal, mais le cervidé n'est pas aussi habile que l'homme. Tout à coup, je me sens mal. Très mal. Comme si je m'évanouissais. Basile... n'a même pas de bois... pour se défendre...

Alors on s'effondre au pied d'un tronc creux et renversé. On tombe dans un lit de feuilles, sans blessure physique aucune, mais la peur au ventre. Mon ami est toujours conscient mais ses bramements sont sa seule défense. Je sais qu'il demande à cette personne de s'arrêter, de nous laisser tranquilles. On n'a rien fait... Et il n'a pas l'air méchant... Pourquoi nous veut-il du mal ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: ¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil Ven 19 Jan - 12:42


( all the other kids with the pumped up kicks )
- you'd better run, better run, outrun my gun -
Je pourrais achever ce que j'ai à faire. Là, maintenant. Pourtant, je reste au-dessus de la créature prise au piège, prêt à abattre la lame sur lui. Normalement, ça serait facile. Normalement, je devrais savoir à la vue d'un potentiel prédateur. Sauf que je ne sais pas exactement ce que représente la créature devant moi. Elle n'est pas aussi petite que je ne peux l'être moi-même en tant qu'Hippocampe et pourtant, elle n'attaque pas. Pas une seconde, elle ne cherche à donner des coups, comme si elle acceptait la fatalité de sa situation. Qu'elle s'abandonnait corps et âme, espérant à ce que cela se termine au plus vite. Je fronçais les sourcils. Je ne peux tout simplement pas le tuer. Pas s'il ne m'attaque pas. Non. Au lieu de cela, il demande de l'aide. Il veut qu'on le sorte d'ici. Si seulement il savait ce que j'étais moi aussi. Une fragile et minable créature. D'un côté, j'avais le sentiment de me retrouver dans cet animal. Moi aussi j'avais réagis de la même manière lorsque l'on m'arracha à ma terre natale. Qu'on me tira hors de l'eau à l'aide des filets avant de s'apprêter à m'abattre avec l'aide d'un harpon. Je n'avais cependant aucunement crié, n'attendant l'aide de personne, si ce n'est à ce que ces êtres humains ne commettent pas l'irréparable. Ils s'étaient remis en question, eux aussi. Ils s'étaient réellement demandés s'ils ne devaient pas me laisser vivre. Et au final, voilà où nous en sommes aujourd'hui. Ils ont confiance en moi comme ils pourraient avoir confiance en leurs semblables. Et si je pouvais en faire de même avec ce métamorphe ? Pourquoi pas. « - Tu... Tu n'es pas un prédateur... ? » Je le fixe de mes prunelles bleues, m'attendant à ce qu'il reprenne sa forme initiale pour pouvoir conter sa situation. Mais je ne m'écarte pas pour autant ; s'il s'avère être un piège pour m'amadouer, je ne pouvais me permettre de le laisser filer. Même s'il ne paraît pas jouer la comédie. « - Je ne te ferais pas de mal si tu n'es pas un monstre tueur d'humains... ». Aussi, je tente de le rassurer du mieux que je peux. Oui. S'il n'avait rien à se reprocher, il ne lui arrivera rien. Rien du tout. Je m'en étais fait la promesse et puis... Cela m'arrangerait grandement. Tenir l'arme n'a jamais été mon point fort. Aussi bien à cause de ma sensibilité que ma maladresse. Il y avait bien des choses qui pouvaient m'échapper encore. Comme la nature de quelques animaux. Notamment les créatures qui ne peuplaient pas les eaux. Outre ceux qui étaient terriblement répandus comme les loups et quelques félins, les humains n'avaient cherché à me mettre en garde contre les plus rares. Du coup, me voilà face à un terrible dilemme. Soit je suis face à une bête inoffensive. Soit je fais face à un dangereux prédateur que les humains ne doutent même pas la présence. Pourvu que l'homme ne soit pas une proie haineuse des êtres humains. Après tout, elle avait laissé son animal s'échapper dans un lieu inhabité. Conclusion, Je me retrouvais dans de beaux draps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: ¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil Dim 21 Jan - 15:40

Si je me transforme maintenant, je serai nu. Et être nu, pour moi, c'est impensable. Je peux même pas imaginer que ça puisse arriver. Toute ma vie j'ai jamais pu me résoudre à me montrer sans porter d'habits, que ça soit auprès d'autres comme nous, ou des humains. Je me sens faible, apeuré et accablé dès qu'il n'y a pas un peu de tissu pour cacher. L'idée que j'aie à m'expliquer moi-même face à un adversaire armé, m'affole, m'ôte les mots de la bouche et me réduit au silence. Un silence de mort, de ceux qu'on contrôle pas et qui nous rendent coupable. Coupable parce qu'on pourrait faire quelque chose. Je sens Basile aussi tétanisé que moi, aussi fragile, et je m'en veux de le laisser faire face à ma place, de ne rien tenter, alors qu'il est encore moins capable de se défendre que moi. Moi, j'ai la parole pour tenter de me protéger ; j'ai les mains pour faire barrière, le regard suppliant pour convaincre que je ne suis vulnérable et que je ne ferai de mal à personne. Basile, lui, il n'a que ses paupières pour fermer les yeux et échapper à l'horreur.

C'est peine perdue. On l'a évité de peu mais je le sens se relever avec son poignard pour nous sauter dessus. Pourquoi nous veut-il tout ça ? On n'a fait que se promener un peu dans les bois sans intention d'attaquer, de menacer... Je veux m'excuser auprès de mon ami... J'ai sans doute l'air pitoyable. Mon silence est la preuve de ma lâcheté puisque c'est toujours le daim qui est terré près du tronc d'arbre, paralysé de peur. J'attends le coup fatal, la lame qui s'intègre dans notre chair pour nous finir, mais c'est un autre type de silence qui nous répond. Ma conscience ressent tout ce que Basile voit et entend ; il nous parle. L'homme au couteau, il nous dit qu'on ne risque rien si on n'est pas des prédateurs. Et... Et bien sûr que non ! Bien sûr que non, on n'est pas les mauvais. Il ne sait pas ce qu'on est ? Les cervidés sont les proies, ils l'ont toujours été. Nos bois, si j'en avais, finissent la plupart du temps en décoration chez les chasseurs, ou bien vendus pour un peu d'argent. Notre seule arme, et on s'en sert même pas contre les autres qu'on laisse en paix. C'est tout, si la nature nous a doté d'une couronne intimidante comme celle-là. Et pourtant je n'en ai pas. Enfin, Basile n'en a pas, alors qu'il est un daim. Et je ne sais pas pourquoi. J'ai l'impression que ça a à voir avec moi, plus qu'avec lui.

Mais j'y vois une chance de s'en sortir vivants. B-Basile... Laisse-moi prendre ta place. Il faut que je lui dise qu'on n'est pas méchants. Tu en as assez fait, excuse-moi.

"... On... On veut faire de mal à personne." Je m'arrête, avant de reprendre, nerveux. "Je... Je m'appelle Basil."

Je n'osais pas me regarder, baisser les yeux. Pas par audace mais par peur de me voir moi-même. Le vent qui gifle ma peau me fait bien comprendre que je suis complètement dévêtu, plus rien du tout. Basile est parti, il est retourné à l'état de "sommeil". Je m'excuse encore auprès de lui tandis que mes yeux tentent de chercher ceux du traqueur. Est-il un changeur de forme, lui aussi ? Il a quelque chose d'étrange qui émane de sa personne. Je ne saurais dire quoi. Mais aucun humain n'est capable de telle chose. Alors je déglutis, accaparé et traumatisé, recroquevillant mes membres près de mon corps, comme si ça pouvait me protéger pour de vrai.

J'ai froid, j'ai peur, et je n'ai même pas la garantie qu'il ne nous mentait pas en disant qu'on ne risquait rien si on déclinait notre identité.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: ¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil

Revenir en haut Aller en bas
 
¬ all the other kids with the pumped up kicks. ✵ basil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [M/RESERVE] JEREMY ALLEN WHITE - pumped up kicks.
» Mon w.e. Masters-Kids, Hamont , Bastogne !.
» We're still kids [FAITH]
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories
» Haitian orphans adjusting well to Maritime life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INVERNESS RPG :: Archive rps-
Sauter vers: