AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 under my skin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

beta

âge : 31.
travail : Pompier.
statut : Eternel célibataire. Eternel volage.
forme animale : Loup, au pelage blanc comme la neige.
don : Son charme indéniable.


Zone Rp : Adam.
Alexander.
Lou.
disponibilité rp : 0/3.
pseudo : shadows.
célébrité : Luke Evans.
messages : 130
crédits : schizophrenic.
DC : @Rafe Donovan

Message(#) Sujet: under my skin Lun 8 Jan - 17:54

   
under my skin


logan & lou


En tant que Beta de la meute, il n’était pas toujours amené à surveiller le périmètre de leur territoire. Il était plutôt amené à rester dans son bureau, à répondre aux appels – incessants – et à régler des problèmes plus administratifs qu’autre chose. En acceptant ce poste, il savait quelle confiance Adam lui offrait. En acceptant ce poste, il savait quel honneur Adam lui faisait. Pourtant, il lui arrivait parfois de regretter. Logan était un dominant, un loup et un homme plutôt hyper-actif. Ils avaient besoin, tant le loup que l’humain, de se dépenser au quotidien. De se sentir utiles. De se sentir libres. C’était sans doute ce qui l’avait poussé à s’engager chez les pompiers à côté de cette charge de travail que représentait le concept de Beta. Son métier lui offrait sa dose d’adrénaline quotidienne et nécessaire, une dose dont il ne pouvait concrètement pas se passer. C’est qu’il avait trop d’énergie, Logan. Et s’il ne la dépensait pas, cette énergie, ce n’était jamais bon ni pour l’homme, ni pour le loup. Et encore moins pour leur entourage. Logan pouvait être un homme charmant, avenant et sociable. Mais il pouvait être également létal, intimidant et téméraire. Ces aspects de sa personnalité le rendaient excellent dans son métier, et appréciés par ses congénères. Sans compter que l’uniforme plaisait énormément à la gente féminine – combien de femmes avait-il pu séduire au cours de ces cinq années grâce à son statut de pompier ? Seigneur, il ne comptait plus depuis trop longtemps. Cela ne faisait pas de lui un bourreau des cœurs et un enfoiré de première – au contraire. Il n’était pas homme à s’engager, avec qui que ce soit, et il ne cachait jamais ses véritables intentions et intérêts auprès des femmes. Elles lui plaisaient, il le leur faisait tout simplement savoir. Il leur plaisait, elles acceptaient naturellement de profiter de ce qu’il avait à leur offrir. C’était simple, c’était clair, c’était net, et c’était ce qu’il préférait. Les complications, les prises de tête, les engagements, les responsabilités… il gardait cela pour son travail, et particulièrement pour la meute. Pour cette famille qu’était la sienne, il était capable de tout et même du pire. Pour cette famille qu’était la sienne, il ne lâchait jamais rien et s’engageait toujours à cent pour cent – comme à peu près dans tout ce dans quoi il s’engageait. Et aussi incroyable que celui puisse paraitre, il n’avait jamais touché une seule femelle de sa meute. C’était contraire à l’éthique, et l’éthique ça comptait beaucoup pour Logan. Tout comme la sécurité de sa meute. Et aujourd’hui, aujourd’hui il n’était pas de service à la caserne. Aujourd’hui, il jouait aux sentinelles et au lieutenant, surveillant la partie forestière du territoire de Nessie. Et aujourd’hui, le temps était particulièrement pluvieux et instable. Pour un être humain lambda, la visibilité aurait été problématique. Pour un humain lambda, les vagues s’échouant sur les rochers derrières lui auraient anéanti toutes possibilités d’entendre qui que ce soit ou quoi que ce soit approcher. Mais Logan était un métamorphe. Un loup. Et un loup avisé, préparé et entraîné. Il savait anticiper le danger. Il savait anticiper les surprises. Il savait se montrer discret et invisible quand la situation l’exigeait.

Or, la situation semblait l’exiger.

Ce n’était qu’un léger bruit, quasiment imperceptible. Ce n’était qu’un effleurement. Minime. Discret. Imperceptible. Pourtant, il ne lui échappa pas. Aussitôt, l’homme et le loup furent en alerte. Les yeux de Logan devinrent noirs comme la nuit, laissant place à l’instinct animal. S’il court, il sait rendre ses pas sourds. S’il court, il sait faire preuve d’agilité et de discrétion. S’il court, il connait les lieux comme sa poche, chaque brin d’herbe comme chaque pierre et chaque arbre limitant le périmètre de leur territoire adoré. Et personne, personne, n’avait le droit de le pénétrer sans y être invité ou attendu. Il savait de source sûre que personne n’était attendu. Il savait de source sûre que personne n’y était invité. Quiconque osait outrepasser ces limites était donc un ennemi. S’il a bien l’intention de chasser l’ennemi, Logan, il doit bien reconnaitre que ce petit interlude est le bienvenu tant l’ennui commençait à poindre le bout de son nez. Caché derrière un arbre, il hume et il attend. Une renarde, qu’il devine. Une intruse, qu’il devine. Une femme, qu’il devine. Enfin, elle apparait dans son champ de vision. Il est d’abord frappé par sa chevelure doré, qui tombe librement sur ses épaules emmitouflées dans un manteau de laine. Il ne la connait pas, mais sa première pensée est qu’il va y remédier. C’est qu’elle n’est pas laide, la jeune intruse. Elle ne l’a pas aperçu, elle ne l’a pas senti, aussi attend-il qu’elle avance légèrement plus pour apparaitre dans son dos, lentement. « Vous êtes perdue, mademoiselle ? » qu’il murmure plus qu’il ne gronde, trop amusé de la voir sursauter avant de lui faire face. Diable qu’elle était belle, fut tout ce qu’il put penser. Il ne lui sourit pas encore, car même si sa beauté n’est pas à débattre, elle peut encore être une ennemie à craindre. Il approche à pas lents, la forçant à reculer à chacun d’eux. Il exerce son aura de dominant, comme il le ferait avec n’importe quel intrus présent illégalement sur leur territoire. Pourtant, il ne l’exerce pas complètement. « Seule, dans la forêt, sur un territoire privé, par un temps aussi sombre et incertain… » qu’il énumère en secouant la tête de droite à gauche, comme pour lui exprimer clairement sa désapprobation. « Jolie comme vous êtes, c’était une très mauvaise idée, mademoiselle la renarde, » qu’il ajoute un sourire en coin malgré tout. C’est qu’elle ne le sait pas, mais finalement elle a pas mal de chance de tomber sur lui. Non seulement il est charmant, mais elle peut gagner un superbe moment avec lui. Sans craindre d’être agressée, kidnappée, torturée ou même tuée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestnono.forumactif.com/t316-logan-black-animal-sauv http://inverness-rpg.forumactif.com/

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: under my skin Mar 9 Jan - 16:17

Les doux flocons de neige avaient laissé place au temps pluvieux et maussades qui caractérise si bien la fin d’un hiver qui n’était pas assez long. La boue se mettait en place dans les prairies où sont encore installés de moutons dont la haine les protège d’un froid qui n’en est presque plus un. La brume enveloppe souvent la ville, et dans ses vapeurs d’eau, elle semble immortaliser le temps, bloquant les accès à la vie et protégeant les habitants en les enveloppants dans cette grisaille soudaine. C’est ce genre de moment que la jeune femme attend avec impatience derrière les fenêtres de son appartement, un sourire flottant sur ses lèvres alla avait rapidement entouré ses épaules de son imperméables bleuté avant de filer vers l’extérieur. L’humidité la piqua rapidement au fin fond d’elle-même, le froid n’était pourtant presque plus présent mais une fois lié à la pluie il devenait plus persistant encore. Mais elle s’en moquait assez, souriant alors qu’elle se dirigeait vers le sud et surtout vers le lac qu’elle affectionne beaucoup. La matinée pointait avec sympathie le bout de son nez et c’est avec un plaisir non dissimulé que la renarde commence à s’impatienter d’arriver également. Car c’est dans ce genre de moment qu’elle adore vagabonder au fil de l’eau, profitant du moindre bruit que lui permet d’entendre les fins bruissements des feuilles qui se laissent froisser sous le contact des gouttes, pliant l’échine pour laisser ce même fluide continuer son parcours pour rejoindre le lac. Lou était heureuse, elle pouvait se laisser aller par ce genre de temps, rare était ceux s’aventurant vers l’extérieur par un temps maussade et donc peu de personnes pour l’observer, la haïr sous sa forme animale ou l’injurié de tous les noms. Ou pire encore, lui vouloir du mal comme les trois hommes qui l’avaient poursuivie un soir. Non, aujourd’hui il n’y avait personne pouvant la freiner et elle en sourit une nouvelle fois.

Le lac s’étendait devant elle et semblait pouvoir toucher le ciel, les pulsions de la renarde en elle se faisait plus forte encore et elle ne put résister un instant de plus. De ses griffes, l’animal grattait de toutes ses forces pour pouvoir enfin se libérer de l’enveloppe humaine, laissant place à la fourrure soyeuse et douce de la petite rousse. Les quatre pattes filant sur le sol, Lou laissa place à cette créature qu’elle adore. Vêtements cachés dans un recoin boisé, placé soigneusement dans un sac à l’abri d’un petit tapis de feuille, elle se laissa vagabonder sur les rives du lac. La renarde commença par courir, prise d’une frénésie qu’elle seule pouvait comprendre, sautant par-dessus un petit tronc d’arbre couché par le vent, traçant la route à travers la pluie et le vent. Elle adorait ce temps, allons savoir pourquoi ! Lou préfère bien l’hiver à l’été et on ne le lui reproche pourtant pas. Alors il n’y a aucun commentaire à faire sur la pluie qu’aime tant sa renarde. Elle s’enfonça plus loin encore, toujours sur un terrain qu’elle connait parfaitement et comme sa poche car elle le connait depuis sa plus tendre enfance. Toutes les deux continuèrent à tracer la route pendant deux bonnes heures puis la renarde réussi à être satisfaite. Bien que Lou lui laissait entrevoir son dégoût pour ce qu’elle venait de faire. Tuer, même s’il ne s’agissait que d’une petite souris, n’était pas du tout sa tasse de thé et elle haïssait de voir le sang ou encore de le sentir encore dans sa bouche quelques instants après alors que la renarde se délectait de son petit festin. Lou en éprouve encore du dégout alors qu’elle rebrousse chemin pour retourner à l’endroit où elle a laissé ses vêtements. Chose que la renarde avait eu du mal à comprendre au début et parfois laissant Lou dans des situations quelque peu gênantes. Mais fort heureusement pour elle, Lou avait réussi à la convaincre qu’elle devait bel et bien retourner sous sa forme de renarde jusqu’à l’endroit où elle avait placé ses biens. La bataille avait été bien longue pour lui faire comprendre mais elle avait réussi.

Reprenant forme humaine, Lou fut frappée par la froideur des lieux. Le vent lui brûla la peau et elle se hâte d’enfiler un énorme pull en laine en dessous de son imperméable. Mais la journée n’était pas finie, la renarde en elle la poussa alors à continuer la balade et c’est ce que fit Lou, dévorée par cette même curiosité qu’avait été perçue par la renarde alors qu’elles avaient croisés des empreintes de pas humains. Les deux se mirent de nouveau sur la route, revenant à l’endroit où les traces avaient été aperçues et Lou continua à marcher de plus belle.

Un pas. Encore un pas et elle serait plus loin que ce qu’elle n’a jamais été auparavant. Elle n’avait pas eu idée d’arriver aussi loin, que se laisser mener par de la curiosité pouvait être mal. Lou hésitait à continuer mais la renarde voulait continuer encore un peu. Un pas et elle serait plus loin, plus profond encore dans des territoires inconnus qu’elle ne connait pas. Mais elle le fit, s’invitant illégalement sur un territoire dont elle ne connaissait rien mais aucune peur ne la traversait. Elle s’introduit entres les arbres, poursuivant les pas qui finirent par s’estomper dans la mousse de la forêt. L’épais tapis avait désormais gagné et elle ne pouvait plus rien suivre. Alors elle leva les yeux pour voir où elle se trouvait à présent. Et c’est là qu’elle comprit que c’était une mauvaise idée.

Le sursaut n’était rien par rapport à la crainte qu’elle éprouvait sur le coup, l’inconnu arriva derrière elle en lui demandant si elle était perdue et elle ne savait pas quoi lui répondre. Valait-elle mieux lui dire la vérité ou mentir pour pouvoir s’en sortir ? Lou ne savait pas quoi faire. Sa renarde l’avait totalement abandonnée, la laissant dans le vide et sans aide, jamais elle ne lui avait fait faux bond de cette manière. D’habitude c’est elle qui lui dit que le danger est trop présent et qu’il faut fuir mais là il n’en était rien. « Je … Non, je suivais … quelque chose. » Répondit-elle, secouée par cette rencontre soudaine. Il continua de parler et elle prit le temps de l’observer. Des cheveux noirs comme la nuit et des yeux aussi clair que le ciel par un beau temps d’été, il était beau et dégageait une aura d’on ne sait quoi qui lui donne cette apparence mystérieuse et charmante. Elle ne se laissa pas duper, elle savait qu’elle risquait gros en étant présente sur un territoire qui n’est pas le sien. « J’étais simplement curieuse voilà tout. » Dit-elle alors toujours en reculant alors qu’il continuait d’avancer vers elle, se coinçant alors contre un arbre, l’empêchant d’échapper en arrière de plus belle. La renarde ne se manifestait toujours pas, l’empêchant de savoir si elle était réellement en danger ou non ou s’il valait mieux fuir que de rester plus longtemps. « J’ignorais avoir été aussi loin, je m’en excuse … » Commence-t-elle alors. « Je suis sur le territoire d’une des meutes, je présume ? » Demande-t-elle alors avec innocence, sachant très bien qu’elle s’y trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

beta

âge : 31.
travail : Pompier.
statut : Eternel célibataire. Eternel volage.
forme animale : Loup, au pelage blanc comme la neige.
don : Son charme indéniable.


Zone Rp : Adam.
Alexander.
Lou.
disponibilité rp : 0/3.
pseudo : shadows.
célébrité : Luke Evans.
messages : 130
crédits : schizophrenic.
DC : @Rafe Donovan

Message(#) Sujet: Re: under my skin Mar 9 Jan - 19:44

under my skin


logan & lou


Logan n’était pas homme à avoir des faiblesses. Peut-être était-ce dû à son passé compliqué et chargé de souffrances et d’incompréhensions. Peut-être était-ce dû à une enfance et une adolescence pas comme les autres. Dans tous les cas, ces expériences l’avaient endurci et lui avaient permis d’être plus fort, plus résistant, plus fougueux, plus téméraire, plus instinctif, plus mature. Il n’existait pas grand-chose capable de déstabiliser le loup. Il n’existait pas grand-chose capable de surprendre l’homme. Les femmes. Les femmes pouvaient être considérées comme la plus grande des faiblesses de Logan – au grand dam de son loup, au pour son plus grand plaisir. La bête n’avait jamais rien eu à redire quant aux conquêtes choisies par son humain. Et la bête ne s’était jamais plainte de ces expériences accumulées, de ces femmes qui défilaient. Ils avaient des désirs et des besoins à assouvir, c’était aussi simple que ça, tant pour l’homme que pour le loup. Oui, les femmes étaient le péché mignon de Logan Black. Cependant, jamais aucune n’était parvenue à le séduire suffisamment pour l’amener à se poser, à jurer fidélité et désirer s’imprégner pour la vie. Cette idée l’avait toujours répugné et fait fuir. Non, Logan était un homme libre, un homme charmant, un homme séduisant, un homme indépendant et un homme qui ne saurait jamais combler entièrement une femme. Une fois cette prise de conscience faite, il ne lui était pas difficile de se détacher et d’accepter le départ des femmes qui entraient dans sa vie soudainement et en sortaient aussi aisément. Logan ne pouvait pas comprendre les âmes-sœurs. Logan ne pouvait pas comprendre ce lien sacré. Logan ne pouvait pas comprendre que l’on désire plus que tout connaitre ce lien sacré. Logan ne pouvait pas comprendre ses congénères, ses alliés, ses frères et ses cousins. Jamais, il ne comprendrait. Parce que pour lui la liberté et l’indépendance étaient un besoin et une nécessité à sa survie. Il avait vécu dans un chaos trop longtemps pour pouvoir se détacher et croire à un amour pur possible. Il était trop abîmé, de l’intérieur comme de l’extérieur, pour se croire capable d’aimer et d’être aimé. La vérité était aussi simple que cela. Heureusement, ça ne l’empêchait absolument pas d’aimer les femmes, de leur prouver et de profiter de ce qu’elles avaient à lui offrir, et encore plus de ce qu’il pouvait leur offrir. Et il était parfaitement comblé ainsi.

Logan n’était pas un homme à avoir des faiblesses. Logan, c’était le métamorphe dans toute sa splendeur, acceptant l’entièreté de sa nature, vivant en parfaite osmose avec sa moitié. Tellement qu’il était l’un des rares à pouvoir se transformer sur commande, un millième de seconde avant de reprendre forme humaine. Et le tout en parvenant à tenir quasiment intact les vêtements qu’il portait quand cela arrivait. La première fois que sa meute en avait été témoin, ils avaient désiré apprendre à faire pareil, en vain. La complicité, la confiance, le lien qui unissait un humain à son animal devaient être parfaits, pas plus, pas moins. Et Logan ne faisait qu’un avec son loup. Pourtant, face à l’ange qui venait d’apparaitre dans leur champ de vision, Logan sentit son loup reculer prudemment. Méfiant et curieux à la fois. Habituellement, le loup prenait plaisir à cerner l’ennemi, à surprendre l’ennemi, à participer au petit jeu de séduction qu’affectionnait Logan. Mais pas cette fois, ce qui déstabilisé légèrement le jeune homme. Il ignorait ce qui intimidait son animal, surtout face à une renarde absente et apeurée, qui semblait perdue au milieu de nulle part. « Je … Non, je suivais … quelque chose. » Il continue d’avancer, elle continue de reculer. Il aime ce sentiment d’insécurité, ce sentiment de supériorité. Pas parce que ça lui donne de l’importance ou un pouvoir qu’il ne convoite pas, mais bien parce qu’il a besoin d’effrayer, il a besoin d’imposer, il a besoin d’intimider. Sans cela, il ne serait pas bon lieutenant, il ne serait pas bon Beta. « J’étais simplement curieuse voilà tout. » Il continue d’avancer, elle continue de reculer. Jusqu’à ne plus pouvoir. Jusqu’à ce qu’il soit trop proche. Jusqu’à ce qu’il puisse sentir son odeur. Electrisant. Grisant. Aphrodisiaque. Perturbant. S’il est agacé et perturbé, il n’en montre rien et offre un visage neutre. « J’ignorais avoir été aussi loin, je m’en excuse … » Elle semblait si innocente et si inoffensive que c’en était facile de la croire. « Je suis sur le territoire d’une des meutes, je présume ? » qu’elle prétend demander quand il cerne parfaitement le mensonge de la vérité, la prétention de la réalité. « Le mensonge entre de si jolies lèvres, » qu’il murmure en se rapprochant encore. Imposant. Intimidant. Charismatique. Envoûtant. C’est qu’elle l’appelle, son odeur. « Je ne crois pas t’avoir déjà rencontrée, ni en ville, ni par ici. Qui venais-tu voir ? Inutile de mentir, je vois bien dans ton regard que tu sais parfaitement où tu es, » qu’il arque un sourcil pour la défier de lui mentir de nouveau. Non, clairement il ne l’avait jamais rencontrée. Il s’en souviendrait. Elle n’était pas femme que l’on oublie facilement, il en était certain. « Je sens ta peur, » qu’il enchaîne en plantant son regard dans le sien. « J’entends ton cœur battre la chamade, » qu’il continue, impitoyable avant d’afficher un demi-sourire. « Est-ce l’effet que je te fais ? » qu’il taquine, amusé. « Ou l’idée de croiser un parfait inconnu dans une forêt que tu ne connais pas par les temps qui courent ? » qu’il rappelle son imprudence. Ainsi, vêtu de noir, il donnait parfaitement l’air d’être un sauvageon que rien ne pouvait résister.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestnono.forumactif.com/t316-logan-black-animal-sauv http://inverness-rpg.forumactif.com/

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: under my skin Mar 9 Jan - 20:49

Lou n’a jamais connu la chair d’un homme. Elle ne connait que ce qu’elle a vu, que ce qu’elle a pu lire et tout ce que la science a pu dire sur le sujet. Mais peu importe ce que tout le monde pense, que ce que les scientifiques peuvent bien penser également, car elle croit au grand amour, celui qui fait battre les cœurs à tout rompre et celui qui la rendra complètement folle. Elle imagine cette rencontre douce et chaleureuse avec l’être qu’elle va aimer de tout son être. Elle s’imagine avec tendresse qu’il lui donnerait tout l’amour qu’elle imagine, la même chose que ce que ses parents ont pu vivre et tout ce qu’ils lui souhaitent également de trouver chez une autre personne. Lou, elle ne croit pas seulement à l’amour avec un grand A mais elle croit bel et bien en la magie de cette rencontre, à ce fameux coup de foudre dont tout le monde peut parler autour d’elle. Ou du moins ce que ceux qui ont eu la chance de trouver leur âme sœur peuvent bien raconter sur le sujet. Alors elle espère, elle le sait même, qu’un jour elle trouvera cette personne merveilleuse qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau, qui voit le monde du même œil qu’elle et qui l’emmènera faire le tour du monde. Elle rêve, Lou, mais c’est un peu près tout ce qu’il lui reste alors que ce monde de bienveillance dans lequel elle vit s’est écroulé depuis peu. Les voix des hommes sont encore trop fortes dans sa tête, elle essaye de les oublier mais elle revoit tout. Toute la scène qui revient inlassablement devant ses yeux, qui hante presque ses cauchemars à présent et qui l’habite plus fort encore alors qu’elle se retrouve face à un parfait inconnu. Elle ne se souvient que trop bien encore de la joie perverse qu’éprouvaient les trois hommes qui avaient réussi à la coincer dans une ruelle, qui l’avait rattrapé en la coinçant aussi facilement qu’un nouveau-né. La douce s’était sentie bien impuissante face à une telle situation, perdue alors qu’elle se croyait en sécurité dans cette ville qu’elle connait depuis toujours. Alors à présent elle ne savait plus que devait-elle donc faire. Devait-elle mourir de peur devant cet inconnu qui avait tout de cette posture menaçante ? Ou devait-elle comme elle a toujours pu le faire, c’est-à-dire trouver une qualité chez cet homme ? Mais comment lui en trouver une alors qu’elle était en position de faiblesse ? Pour le coup, les paroles de Rafe lui revinrent en tête. Elle n’avait pas été prudente et n’en avait fait qu’à sa tête … Elle aurait dû écouter Rafe, elle aurait dû rester distante à ce territoire …

Il ne la croit pas alors qu’elle fin cette bêtise de lui faire croire qu’elle ne savait pas où elle se trouvait. Il avait décerné le mensonge, il tentait d’ailleurs de la charmer. Elle se pinça les lèvres tout en comprenant qu’elle aurait dû rester fidèle à elle-même et de lui dire toute la vérité. Mais le problème c’est que la renarde se fait toujours absente, ne réagissant pas face à cet inconnu alors que Lou a terriblement besoin d’elle pour comprendre ce qu’il se passe. La jeune femme se sent terriblement seule et abandonnée par sa renarde alors qu’elle n’avait toujours pas la connaissance pour mieux comprendre l’attitude à avoir et comment accordé ses mots pour ne pas faillir une fois de plus. Elle se retrouve alors coincée contre un large tronc, laissant l’inconnu s’approcher encore d’elle, bien trop près, beaucoup plus que ce qu’aucun homme n’est jamais fait avant enfin si, de simples baisers échangés de temps à autre avec un potentiel petit ami mais jamais personne qui ne retienne l’intention de la renarde, qui la captive vraiment. Non, c’était différent. Il était proche d’elle et beaucoup trop, insufflant une part de nouveauté en Lou. Son parfum lui parvient, doux et fort tout à la fois, quelque chose lui disait qu’elle ne serait pas capable d’oublier cette odeur de sitôt.

Il savait sa peur, il savait sa détresse. Il voyait bien dans ses yeux qu’elle regrettait cet acte désormais. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine, effet de cette nouveauté qu’elle ressent ou bien parce qu’elle meurt de peur ? Elle craint soudainement qu’il ait les mêmes intentions que les trois hommes d’il y a quelques semaines. Mais la renarde reste comme injoignable, ignorant certainement tout ce qu’il se passe autour d’elle et cette fois elle ne cherche même pas à se battre pour sortir et se défendre grâce à ses griffes et ses dents. « Je suivais simplement des traces de pas … Certainement celles de l’un d’entre vous … » Dit-elle en murmurant, ses yeux s’agrippant dans le regard de l’inconnu. Elle y décelait cet éclat d’amusement à la voir se conduire de cette manière et elle eut cette soudaine impulsion d’adrénaline en elle, elle s’écarta de l’inconnu. « Oui j’ai menti, j’ai menti parce que quelqu’un m’a dit de faire attention à moi et que j’ai parfaitement oublié de le faire. J’ai juste suivi des traces de pas … J’étais curieuse et c’est tout. Je n’ai rien fait de mal … Vous voyez bien que je ne suis pas un danger … » Dit-elle alors en croisant les bras sur sa poitrine. C’est à ce moment-là que la renarde reprit soudainement vie. Elle s’énerva de ce soudain éloignement de l’inconnu. Un trouble l’habitait et l’énervait. Lou fronça les sourcils, incapable de ne pas montrer ses sentiments. « J’ai peur parce que je ne vous connais pas, bien que vous devez sûrement faire votre travail … Mais j’ai juste … Oublié les limite … Je vis depuis toujours ici j’ai toujours su où je pouvais aller et je n’étais jamais partie aussi loin auparavant … » Elle tentait de reprendre confiance alors que la renarde laissait montrer sa confusion, la laissant envahir l’humaine et la troublant à son tour. « Alors oui j’ai peur, parce que je me retrouve plus loin que ce que je pensais et aussi parce que je me retrouve face à un parfait inconnu qui me menace, pour de bonnes raisons je vous l’accorde mais je ne faisais que de suivre des traces de pas … Et à les voir elles devaient être fraîche c’est tout … » La jeune femme se pinça une nouvelle fois les lèvres et se rendit compte de l’audace dont elle venait de faire preuve. Surprise d’elle-même, la blonde ne trouva qu’à croiser les bras sur sa poitrine sans jamais oser quitter le regard de l’étranger. Elle tremblait bien entendu, elle avait peur de ce qui allait se passer à présent qu’elle venait de lui tenir tête de cette manière. Mais elle restait également confuse dans sa peur, confuse de cette réaction de son animal, de l’abandon qu’elle venait de lui faire et de cette soudaine réapparition lorsqu’elle s’est éloignée de lui. « Je … Je vous demande pardon, je ne devrais pas vous parlez sur ce ton … Mais Je n’ai rien fait … je veux juste pouvoir rentrer chez moi maintenant … » Murmure-t-elle une nouvelle fois, ne sachant pas qu’elle serait sa destinée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

beta

âge : 31.
travail : Pompier.
statut : Eternel célibataire. Eternel volage.
forme animale : Loup, au pelage blanc comme la neige.
don : Son charme indéniable.


Zone Rp : Adam.
Alexander.
Lou.
disponibilité rp : 0/3.
pseudo : shadows.
célébrité : Luke Evans.
messages : 130
crédits : schizophrenic.
DC : @Rafe Donovan

Message(#) Sujet: Re: under my skin Sam 13 Jan - 16:33

under my skin


logan & lou


Il en avait rencontré des femmes. Plus qu’il ne saurait le dire d’ailleurs. Dès ses quinze ans, les filles avaient gagné une très grande place dans son cœur et dans sa vie – et dans son lit. L’amour, c’était un concept qu’il ne cernait et ne comprenait pas. L’amour, c’était un synonyme d’illusion et de destruction. Aussi ne charmait-il jamais les filles et les femmes par des mots doux ou des gestes tendres. Aussi ne leur promettait-il jamais un avenir radieux avec une maison et des enfants – seigneur Dieu, rien que l’idée lui filait de l’urticaire. Non, Logan était quelqu’un d’entier et de vrai. Il ne jouait pas. Il ne prétendait pas. Et c’était sans doute cela qui plaisait tant à ces femmes qui lui avaient succombé et qui succombaient encore à son charme. Oui, Logan en avait rencontré des femmes. Imprévisible. Manipulatrices. Sensibles. Charmantes. Charmeuses. Timides. Extraverties. Sympathiques. Belliqueuses. Sauvages. Délicates. Mais une femme telle que la jolie blonde qui lui faisait actuellement face – telle une proie perdue sur le territoire des loups – jamais. Cela éveillait sa curiosité. Cela éveillait ses instincts de prédateur. Cela éveillait ses instincts de séducteur. C’est qu’il n’aimait rien de plus qu’un challenge, et un challenge qui représentait une femme. « Je suivais simplement des traces de pas … Certainement celles de l’un d’entre vous … » qu’elle lui répond, doucement tout d’abord, hésitante tout d’abord. Elle semblait si fragile que c’en était troublant. Mais Logan avait déjà été témoin de beaucoup trop de trahisons pour se laisser berner et séduire par tant d’innocence. L’innocence était un concept aussi absurde que l’amour pour le jeune homme. L’innocence était impossible dans le monde dans lequel ils vivaient. L’innocence était illusoire. « Oui j’ai menti, j’ai menti parce que quelqu’un m’a dit de faire attention à moi et que j’ai parfaitement oublié de le faire. J’ai juste suivi des traces de pas … J’étais curieuse et c’est tout. » Il l’écoute attentivement, Logan, même si son regard vagabonde de ses yeux, de ses cheveux, de sa silhouette, de ses vêtements, de tout ce qui la représente, elle. Il entend ses mots aussi bien qu’il entend son cœur battre. « On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut, » qu’il taquine plus qu’il ne gronde à présent. Cette phrase commune lui semble tellement ridicule – bien sûr que c’est un vilain défaut, mais bien sûr que tout le monde s’en moque. La curiosité attise les âmes, la curiosité attire tout le monde. « Je n’ai rien fait de mal … Vous voyez bien que je ne suis pas un danger … » Oui, il le voyait bien. Il le sentait bien. Elle n’était pas un monstre sanguinaire venue pour les espionner. Elle n’était pas un monstre sanguinaire venue pour les exterminer. Dans cette forêt, à cet instant, il n’y avait qu’un seul monstre et c’était lui. Il continue de l’observer, parce qu’il apprécie ce qu’il voit, Logan. Et il s’apprête à reprendre la parole quand elle se réveille et s’impose, la jolie blonde. « J’ai peur parce que je ne vous connais pas, bien que vous devez sûrement faire votre travail … Mais j’ai juste … Oublié les limites … » Il en avait torturé d’autres pour obtenir bien moins que ce qu’elle était capable de lui avouer maintenant. Peu de métamorphes avouaient bien volontiers avoir peur. Encore moins quand ils se retrouvaient coincés entre un arbre et un loup amusé. Pourtant, elle est là. Pourtant, elle avoue. Pourtant, elle le surprend. « Je vis depuis toujours ici j’ai toujours su où je pouvais aller et je n’étais jamais partie aussi loin auparavant … » « Pourquoi être allée plus loin aujourd’hui ? » qu’il demande aussitôt. « L’adrénaline, sans doute, » qu’il suppose en commençant à tourner autour d’elle, allant de droite à gauche, de gauche à droite, tel l’animal qu’il est, tel le chasseur qu’il est. « La curiosité, encore, » qu’il enchaîne. « Tu aurais dû écouter ce quelqu’un qui t’a demandé de faire attention à toi. J’aurais pu te tomber dessus sans avoir envie de taper la causette, » qu’il lui dit alors en penchant la tête sur le côté, un léger sourire dessinant ses lèvres. « Et je m’en serais terriblement voulu, » qu’il ajoute en se rapprochant de nouveau d’elle. C’est qu’elle est franchement belle, l’inconnue. C’est qu’elle est franchement aphrodisiaque, l’inconnue. C’est qu’elle l’intrigue puissamment, l’inconnue. C’est qu’elle semble peu sensible à son charme, l’inconnue. « Alors oui j’ai peur, parce que je me retrouve plus loin que ce que je pensais et aussi parce que je me retrouve face à un parfait inconnu qui me menace, pour de bonnes raisons je vous l’accorde mais je ne faisais que de suivre des traces de pas … Et à les voir elles devaient être fraîches c’est tout … » qu’elle enchaîne sans s’interrompre. Que dire, que faire, face à ce petit bout de femme qui s’impose malgré la peur ? Que dire, que faire, face à ce petit bout de femme qui fait preuve de courage malgré la peur ? Logan ne peut que la regarder. Logan ne peut que se demander s’il ne ferait pas mieux de l’embrasser, là tout de suite. Logan ne peut que se demander s’il ne ferait pas mieux de la posséder, là tout de suite. Logan ne peut que se demander s’il ne ferait pas mieux de la rabrouer, là tout de suite. Logan ne peut que se demander s’il ne ferait pas mieux de la menacer, encore et toujours. « Je … Je vous demande pardon, je ne devrais pas vous parlez sur ce ton … » Non, elle ne devrait pas. Ça le rend fou. « Mais Je n’ai rien fait … je veux juste pouvoir rentrer chez moi maintenant … » C’est l’odeur de sa peur qui lui parvient de nouveau et qui le force à reculer, n’ayant pas réalisé à quel point il s’était rapproché d’elle, trop près, au point de sentir son souffle sur sa peau. Comme s’il avait été, pendant un instant, totalement absorbé et totalement emporté. Il finit par lui offrir un vrai sourire, plus rassurant. Ses traits changent radicalement quand il tombe le masque du Beta protecteur. « Tu peux respirer calmement, et te détendre, » qu’il lui assure d’une voix plus douce bien que rauque. « Je n’ai pas l’intention de te kidnapper, de te chasser, de t’abuser et de te tuer sauvagement, » bien que le désir qu’elle réveillait en lui soit purement bestial et animal. Son loup n’avait pas encore refait surface, tapis dans l’ombre, il attendait, il patientait. « Je m’appelle Logan, » qu’il se présente en lui tendant la main. C’est une main délicate et douce qu’il serre, et qu’il garde un petit moment dans la sienne. « Tu es sur le territoire de ma meute, et personne n’y entre sans y être invité. Pardonne-moi si j’ai été un peu… abrupt, » qu’il choisit à défaut d’autre chose. « Mais tu m’as quelque peu surpris pendant mon tour de garde, » qu’il lui explique en relevant les mains l’air désolé. C’est qu’il est incapable de ne pas la regarder, la jolie blonde. C’est qu’il est incapable de ne pas flirter, Logan. « S’il te reste suffisamment de curiosité et de besoin d’adrénaline dans les veines… je peux encore te faire visiter les lieux. Je peux même pousser à te proposer de te raccompagner chez toi… » qu’il lui dit le regard ténébreux mais le sourire charmeur.

Aucune femme n’a su résister à ce regard et ce sourire. Pourquoi ça changerait ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestnono.forumactif.com/t316-logan-black-animal-sauv http://inverness-rpg.forumactif.com/

Invité

Invité


Message(#) Sujet: Re: under my skin Sam 17 Fév - 12:05

Il lui demandait pourquoi, pourquoi avait-elle été plus loin aujourd’hui ? Elle ne savait pas vraiment y répondre car elle l’ignorait parfaitement, elle ne savait pas par quelle magie ou quel courage ou bravoure avait-elle pu porter ses pieds là où elle n’avait jamais été auparavant car elle savait très bien que les territoires étaient toujours surveillés. Jamais personne ne pouvait laisser un endroit comme celui-ci sans surveillance. Lou n’avait pas réfléchi à comment elle pourrait bien s’en sortir si elle venait à rencontrer quelqu’un d’inconnu, une personne lui voulant du mal peut-être car elle ne savait toujours pas ce que pouvait bien penser l’inconnu qui lui fait alors face. Elle avait peur et il ne pouvait alors sentir que ça, la renarde ne l’aidait toujours pas. Celle-ci souhaitait plutôt avoir envie de le connaître à présent, de savoir qui il était et de voir ce dont il est capable. Mais Lou n’en fit rien du tout et l’inconnu alimenta la conversation tout seul en répondant qu’il était certain qu’elle était poussée par l’adrénaline. Enchainant sur la curiosité alors qu’il tourne autour d’elle comme un animal sauvage peut surveiller sa proie sous son regard féroce. Mais il y a quelque chose dans ce regard que Lou aimerait voir de plus près, sans vraiment comprendre pourquoi elle s’en sent si proche. Il continue à lui parler, lui disant qu’elle aurait dû écouter cette personne qui lui avait dit de faire attention envers les autres, les inconnus, que tout le monde n’est pas forcément bon sur cette planète mais encore une fois elle l’avait simplement oublié. Elle se sent soudainement menacée de plus belle alors qu’il lui dit qu’il aurait très bien pu lui tomber dessus sans avoir eu envie de lui parler, ce qui implique une violence que Lou ne comprenait toujours pas et dont elle se passerait pleinement. Elle en fut donc heureuse et soulagée d’apprendre qu’il était donc d’une meilleure humeur et que la situation n’était pas si dramatique finalement. Que tout irait peut-être bien si elle venait à être correcte … Alors Lou enchaine les mots, les paroles se succèdent dans un fil pas vraiment distinct alors qu’elle réussi à s’échapper de l’emprise de l’arbre, de ne plus être contre celui-ci et de pouvoir se sentir un peu près libre à nouveau, respirant un peu plus alors qu’elle avait l’impression de retenir son souffle depuis plusieurs minutes à présent. Elle termine alors en lui disant une nouvelle fois qu’elle n’avait rien fait de mal, qu’elle était désolée d’être venue … Elle avait peur, encore un peu il fallait l’avouer, car la renarde était en parfaite contradiction avec elle à présent. Elle souhaitait connaître, se faire présenter à la bête qui lui faisait face mais Lou s’y refusait totalement, elle ne voulait pas, elle était encore craintive. Même si l’inconnu lui disait qu’elle pouvait respirer à présent et qu’elle ne risquait rien du tout, qu’il n’avait pas l’intention de lui faire de mal … Quelque chose dans le regard de cet homme ne lui insufflait finalement pas quelque chose de bon, même si elle voulait voir ses yeux de plus près et qu’elle en avait vraiment envie, elle se gardait bien de le montrer ou de le lui faire savoir de n’importe quelle manière.

Il se présenta alors, ses traits devenant plus doux finalement, inspirant presque une aura de confiance dont elle n’avait même pas l’idée des minutes avant. Elle n’avait plus vraiment peur soudainement, elle avait simplement envie d’être normale à présent et de pouvoir lui parler comme aux autres personne qu’elle peut rencontrer chaque jour qu’elle vit. Elle a envie de le voir sous cet aspect dont elle seule à le secret : pouvoir voir en lui ce qu’il y a de meilleure. Il l’épargne ce qui est déjà une formidable nouvelle ! Mais il y a autre chose qu’elle ne décèle pas encore et dont elle s’en retrouve curieuse, elle ne sait pas, elle ne connaît pas mais elle l’apprécie. Et elle se demande vraiment pourquoi.

« Moi c’est Lou. » S’entendait-elle lui répondre car elle n’avait pas encore eu le temps de se présenter. « Logan … C’est un très beau prénom. » Dit-elle encore tout en esquissant un léger sourire, le premier depuis qu’elle l’a rencontrer. Il fait dire que le moment n’était pas vraiment propice aux sourires sincères juste avant mais maintenant que l’ambiance se détendait elle s’en sentait capable, d’un vrai sourire, de ceux qui charme et font tomber les hommes sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Dans son innocence elle ne voyait pas qu’elle pouvait être vraiment charmante quand elle le voulait. Mais elle ne le savait pas, alors elle continue de lui sourire jusqu’à ce qu’il propose de lui faire visiter les lieux. La renarde fut piquée au vif, adorant l’idée de rencontrer de nouvelles places, de nouveaux lieux et de partir à la découverte de ce qu’elle ne connaissait pas encore. Lou s’en trouvait troublée car jamais sa renarde n’avait été aussi intrépide. Mais elle refusait complètement d’être raccompagnée chez elle par un inconnu même si le dernier inconnu venu chez elle c’était montrer charmant et agréable et même protecteur, ce Logan n’était pas du même genre que Rafe et il était temps qu’elle écoute les conseils de ce dernier. « Je dois avouer que je suis curieuse de connaître ce territoire … Mais sans arrière pensées bien entendu ! Je ne suis pas une espionne ou autre ! » Se sent-elle obligée de lui dire en se sentant rougir, légèrement honteuse. « Mais je saurais retrouver le chemin de chez moi seule, c’est gentil de l’avoir proposé. » La renarde bataille à ce moment-là, tapant de toutes ses forces ce qui surprit Lou, elle n’en montra pas un geste à Logan mais elle était tellement troublée de tant d’agitation face à lui. Elle ne comprenait pas. Mais elle continue de sourire. « Je me suis toujours demandée s’il s’agissait d’un grand territoire … De nouveau la curiosité bien entendu ! Je regrette tout de même de ne pas avoir prit mon appareil photo ... » Dit-elle pour continuer de parler et ne pas laisser apparaître son trouble, elle ne voulait pas lui montrer, c’était une grande évidence. « Je suis certaine que j’aurais été la première renarde à pouvoir voir ce territoire et je n’en aurais même pas un souvenir ! » Plaisante-t-elle alors en riant un peu d’elle, pour une fois qu’elle ne portait pas son appareil sur elle et voilà qu’elle découvre quelque chose d’inconnu … Le monde est bien mal fait, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

beta

âge : 31.
travail : Pompier.
statut : Eternel célibataire. Eternel volage.
forme animale : Loup, au pelage blanc comme la neige.
don : Son charme indéniable.


Zone Rp : Adam.
Alexander.
Lou.
disponibilité rp : 0/3.
pseudo : shadows.
célébrité : Luke Evans.
messages : 130
crédits : schizophrenic.
DC : @Rafe Donovan

Message(#) Sujet: Re: under my skin Mar 27 Fév - 19:08

under my skin


logan & lou


Les femmes qu’il rencontre habituellement n’ont rien de la jolie blonde qui lui fait face. Logan, il est habitué aux femmes à la beauté brute et esthétique, à celles qui accordent bien trop d’importance à leur apparence bien avant d’accorder de l’importance à leur âme. Logan, il est habitué aux femmes qui lui sourient et qui flirtent ouvertement avec lui. Logan, il est habitué aux femmes qui jouent les innocentes quand elles ne le sont pas véritablement. Logan, il est habitué aux femmes qui prétendent être ce qu’elles ne sont pas – gentilles, généreuses, non vénales, sensibles. « Logan… c’est un beau prénom, » que la jolie Lou lui dit. Sincère. Gentille. Naturelle. De quoi le troubler quelque peu. Car il ne voit là aucun jeu, aucune prétention, aucun mensonge. Elle dit ce qu’elle pense, et ce sans arrière-pensée. « C’est bien la première fois qu’une femme complimente mon prénom avant de complimenter mon sourire, » qu’il lui offre son dit-sourire mais qui ne semble pas faire l’effet escompté et si évident habituellement. Diable, qui est cette femme ? Une intruse ? Une inconnue ? Une espionne extrêmement douée ? Une ennemie jurée qui joue fort bien la comédie ? C’est que pour la première fois de sa vie, Logan se demande s’il ne pourrait pas être manipulé et pris au dépourvu. « Je dois avouer que je suis curieuse de connaitre ce territoire… sans arrière-pensée bien entendu ! Je ne suis pas une espionne ou autre… » qu’elle se justifie aussitôt. Mais là encore, il ne perçoit aucun mensonge, aucune prétention, aucun jeu malsain. Juste de l’honnêteté. « Je suis persuadé que n’importe qui d’autre à votre place, prétextant ne pas être une espionne, se retrouverait allongée au sol, mes crocs autour de la gorge, » qu’il lui fait savoir en ne la quittant pas des yeux. Si cela la perturbe et la trouble, tant mieux. Il a un besoin insoupçonné et incompréhensible de l’atteindre d’une quelconque manière. Elle et personne d’autre. « Mais vous, vous respirez la vérité, » qu’il lui dit simplement. De quoi l’intriguer encore plus, lui et son loup. Du moins le pense-t-il, car ce dernier n’a toujours pas refait surface. Il est aux abonnés absents, et cela n’arrange pas le trouble que le jeune homme sent grandir en lui au fur et à mesure qu’il discute avec la jeune femme. Il a pourtant déjà été fortement troublé dans sa vie – par des femmes, par des hommes, par des échecs, par des réussites. Mais il n’a pas souvenir de l’avoir été aussi intensément et soudainement. Il est donc naturel pour lui de lui proposer de la raccompagner, charmant et charmeur qu’il est. Et alors qu’il est quasi-persuadé d’entendre un rire gêné mais charmé et succombant à son charme, le choc est inévitable. « Je saurais retrouver le chemin de chez moi seule, merci. C’est gentil de l’avoir proposé ». Gentil ? Gentil ? Gentil ? Quand d’autres femmes n’auraient pas hésité à lui répondre « oui » ou « avec joie », Lou refusait sa proposition et ce avec tact et un aplomb qu’il ne lui soupçonnait pas. Pourtant, il ne doutait pas un instant que la jeune femme sache parfaitement retrouver son chemin, à vrai dire il était persuadé qu’elle saurait s’en sortir dans n’importe quelles circonstances car sous ces airs fragiles et délicats, elle dégageait une force insoupçonnée et évidente. Mais n’empêche, il se sentait troublé et quelque peu offusqué qu’elle puisse le rabrouer et le congédier aussi facilement et naturellement. « Je me suis toujours demandée s’il s’agissait d’un grand territoire… de nouveau la curiosité, bien entendu ! » qu’elle change de sujet sans problème, sans même remarquer le trouble qui a envahi le jeune homme. Qui est cette femme ? « Je regrette tout de même de ne pas avoir pris mon appareil photo… » « Votre appareil photo ? » qu’il sort de sa torpeur et de sa contemplation divine. Elle éveillait de nouveau sa curiosité. Il l’imaginait plus être le modèle et la source d’inspiration photographique plutôt qu’être celle qui prend des clichés de tout ce qu’elle voit. « Il n’y a pourtant que des arbres, des feuilles à perte de vue. Rien qui ne sorte de l’ordinaire à Inverness, » selon lui. Peut-être n’avait-il pas l’âme d’un artiste, peut-être ne voyait-il pas la beauté dans chaque chose. Mais il la voyait fort bien en Lou, et cela le fascinait autant que ça le tracassait. « Je suis certaine que j’aurais été la première renarde à pouvoir voir ce territoire, et je n’en aurais même pas un souvenir ! » qu’elle semble frustrée et déroutée, ce qui l’amène à sourire pleinement avant de rire légèrement. « Je suis désolé de vous décevoir, mais vous n’auriez pas été la première renarde à voir le territoire, » qu’il brise ses espoirs et ses rêves sans s’en rendre compte, ni même sans remord. Il ne voit pas la pureté de la jeune femme, tout simplement parce qu’il ne la comprend pas et ne la connait pas, cette pureté. Il n’a jamais rencontré de métamorphe doté d’un tel charisme et d’un tel bon fond. Jamais. « Il y a des renards dans notre meute… et peut-être même que vous les connaissez. Les Blackthorne, » qu’il évoque le nom de Mitch, l’un des lieutenants. A son regard et son visage, il comprend qu’en effet la jeune femme connait ce nom et le sourire sur ses lèvres, exprimant clairement l’affection qu’elle pouvait éprouver pour le jeune homme, lui donne envie de griffer et mordre. De la posséder. De la faire sienne. De la revendiquer. Cette sensation et ce besoin irrépressible et intense le font grandement paniquer, et le sourire alors étendu sur ses propres lèvres s’efface. Il n’a jamais eu envie de mordre, de griffer et de revendiquer qui que ce soit dans sa vie. Il n’allait pas commencer maintenant. Certainement pas. « Il se fait tard, » qu’il change de ton malgré lui et malgré elle. « Vous devriez rentrer chez vous, avant qu’il ne fasse nuit et que la prochaine rencontre ne soit aussi… charmante qu’avec moi, » qu’il lui dit en se rapprochant tel un aimant attiré par la force. La proximité est troublante. Suffocante. Délirante. « Vous devriez écouter votre ami, Lou. On ne sait jamais sur qui on peut tomber dans les bois, » qu’il murmure doucement avant de disparaitre entre les arbres, sans qu’elle n’ait le temps de comprendre ce qui se passait.

Elle venait de chambouler tout l’univers de Logan Black. Et ce n’était pas peu dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forumtestnono.forumactif.com/t316-logan-black-animal-sauv http://inverness-rpg.forumactif.com/

Contenu sponsorisé



Message(#) Sujet: Re: under my skin

Revenir en haut Aller en bas
 
under my skin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Skin Interface
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» skin d'interface?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
INVERNESS RPG :: Inverness :: Le Sud :: Le territoire Nessie-
Sauter vers: